La place de la femme dans l’église

Coucou les amis, 😊
Vous l’avez bien compris, dans ce nouveau numéro nous allons parler de la femme.
Mais comment, et surtout pourquoi ?
J’ai été interpellée par une émission traitant de ce sujet. La place de la femme est abordée sous différents angles, notamment à travers la Bible ainsi que la société et toutes les mini sociétés : le couple, la famille, et l’église.
Alors si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter la rediffusion de cette émission sur la chaine youtube adventlife, https://www.youtube.com/watch?v=Vj6ZFeLlPj0.
« que les femmes se taisent dans les assemblées, car il est malséant à une femme de parler dans l’église »

1 Corinthiens 14 :34
Je vous avouerai que la première fois que j’ai lu ce texte dans la Bible, il m’a troublée. De là en a découlé un sentiment d’incompréhension et surtout de désaccord.
Néanmoins, il est bon pour chacun d’entre nous lorsque nous lisons la Bible ou quand nous écoutons une prédication de demander à Dieu son Saint-Esprit afin de pouvoir comprendre ce que le texte dit et non ce que l’on entend ! Ou si nous l’entendons, de revoir ce texte à tête reposée à un autre moment.
D’ailleurs, le pasteur Martial Annery fait mention de cette habitude de se baser sur nos propres connaissances pour interpréter la Bible. Et c’est normal, lorsque nous abordons un sujet ou une situation, nous la traitons et la gérons par le filtre de notre culture (j’entends par là : tout ce que nous avons appris de par notre environnement), nos parents, nos expériences. Cela revient à dire que nous traitons les informations qui nous entourent avec « ce que nous sommes ». Il est donc primordial de se détacher de la simple lecture que nous faisons, d’accepter notre vulnérabilité et ainsi, de laisser l’Esprit nous guider.

N’oublions pas que les Ecritures ont été inspirées par Dieu. Il est donc plus à même de nous en faire comprendre le sens.

Revenons à ce texte biblique tiré de 1 Corinthiens 14 :34. Pour comprendre ce texte nous devons demander l’Esprit de Dieu et analyser le contexte de cette situation. Pourquoi avoir demandé aux femmes de se taire ? Serait-ce par leur condition de femme ou l’origine est autre ?
Dans ma Bible « La Bible pour les femmes » l’auteur commente ce passage :
Le silence des femmes
Le commandement que « les femmes se taisent dans les assemblées » (1 Corinthiens 14 :33-34) semble limpide comme de l’eau de roche, mais Paul avait auparavant approuvé qu’elles « prient » et « prophétisent » (1 Corinthiens 11 :5). Cette apparente contradiction demande une explication. Alors que les hommes étaient installés dans le parterre, les femmes étaient cloîtrées dans le matroneum (balcon), où il était difficile d’entendre. Afin de comprendre ce qui était dit, les femmes interrogeaient leur maris, causant ainsi du tapage. Comme l’ordre, l’absence de confusion est la marque du culte, Paul souligna que les femmes « ne pouvaient pas parler » (lalein) (1 Corinthiens 14 :34), « crier ou interpeller » bruyamment durant le culte, mais devaient « interroger leurs maris à la maison » (verset 35).
Une application pratique aujourd’hui consiste à exiger de la part des hommes et des femmes de l’ordre durant le culte public sans pour autant « éteindre l’esprit » (voir Thessaloniciens 5 : 19) des femmes appelées par Dieu à prier et à prophétiser.

A la question que j’ai posée au début de l’article : la femme, comment et pourquoi ?
Il me semble qu’il est important d’en discuter, tout comme de la place de chaque individu dans l’église. Si aujourd’hui on en parle, c’est que ce sujet suscite des questions laissées peut-être sans réponses. Si nous discutons de la place d’une catégorie de personne, c’est que sa place n’est pas clairement comprise par les individus qui composent cette « société » (cet ensemble, cette communauté).

Ce sujet me permet de rebondir sur les faits d’actualités qui rythment ces temps-ci nos journées.
Le mouvement né, il y a quelques jours aux Etats-Unis « Blacks lives matter » la vie des personnes de couleurs compte autant.
Si certaines personnes doivent revendiquer leur place, intérêt dans la société, c’est qu’il y a un problème.
Je ne veux pas m’attarder sur ce problème, mais plutôt sur ma solution.
Suis-je fière de ma couleur de peau ainsi de qui je suis : une femme ?
C’est parce que je sais que Dieu est mon créateur, que je sais qui je suis, et que personne n’enlèvera ma valeur.
Ce n’est pas pour autant que je ne vais pas protester contre un système qui favorise clairement un type d’individu.
Même en luttant, ou en prenant position, je continuerai à aimer chaque individu en priant Dieu d’écarter la culture de la haine, nourrie inconsciemment par des vidéos, propos, articles choquants etc… néfastes pour mon bien-être physique et spirituel. Le chemin de la haine ne peut m’amener qu’à un chemin sans issue.

Dans Jean 15 :10 il est dit :
Si vous gardez mes commandements, vous demeurez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.
Jusque-là, je n’ai jamais vu de commandements valorisant une catégorie de personnes, au contraire, aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Comme l’amour n’a pas de couleurs ni de préjugés, car il est patient, lent à la colère et surtout juste, je ne peux donc mépriser mon prochain.
Amicalement votre Lady D

Retour haut de page